Poésie / viols, crimes et impunité à Oléron.

Bonjour,

Il aurait été agréable de parler de poésie, de la découverte d’une oeuvre musicale ou picturale mais lorsque des viols à répétition, des crimes sont perpétrés à maintes reprises en toute impunité, l’urgence n’est-elle pas dans l’analyse des faits, des causes ? Doit-on laisser quelques brebis galeuses discréditer des professions ou institutions, peut-on laisser ce cancer ronger notre démocratie en déliquescence ?

Cupidité et avidité semblent être les mobiles de ces exactions.

L’impunité est servie par les ordres, administrations et institutions en charge pourtant du respect et de la protection des citoyens. Pourtant un commissaire du gouvernement ou des juristes avaient concluent « Ubuesque, édifiant, consternant, déplorable, grotesque… » Ainsi un promoteur qui  » serait capable de soutenir qu’il a enfanté sa mère » réussit à convaincre !!! Complicité active ou passive, l’impunité de ces viols n’est-elle pas rendue possible par d’autres serviteurs que sont l’individualisme, la lâcheté ? Pourtant, ne faut-il pas avoir peur de la peur ?

Dans l’attente et l’espoir de pouvoir parler un jour prochain de poésie et d’art,

Cordialement 

Bernard

PS  Certains pourront être choqués par les propos, cependant, dans une « partie » ou conflit, est-il possible de demander à  UNE personne d’observer des attitudes de bienséance alors que presque TOUS les participants transgressent et violent  l’ensemble des règles établies parfois depuis 1789. 

Courriel diffusé sans compter à partir du 7 mars 2015
Objet : Record de viols, sur un même dossier, à Oléron en toute impunité ou immunité. Cerises sur le gâteau, en prime.

Les victimes de ces auteurs ne cessent de croître. Craintes pour l’ordre public devant l’impunité.

 

Bonjour,

 

Parce que cela peut vous arriver,

Parce que ce n’est pas une fiction et qu’il s’agit de réalité sans décalage de temps ni d’espace

Parce que cela ne se passe pas au moyen âge lorsque les citoyens enjambaient les excréments de leurs voisins pour se rendre chez eux,

Parce que cela ne se passe pas dans un pays sans loi, excepté celle du plus fort,

Non cela se passe en 2015, en France, sur l’île d’Oleron.

Parce que l’impunité ou l’immunité de la délinquance et criminalité en cols blancs permet aux auteurs de multiplier leurs exactions, le nombre de victimes, ainsi que les préjudices aux finances publiques,  à l’environnement … (cf lettre à Madame La Ministre ci jointe)

 

Parce que suite aux nombreux soutiens et aux échanges, il apparaît qu’une confusion peut exister quant aux auteurs. Aussi il devient nécessaire de mettre des noms pour ne pas ajouter une injustice de plus et que des non coupables (dans ce dossier) soient suspectés.

.

Le Notaire, Maitre Nyzam Daniel,  commet tant d’erreurs que se pose la question de sa capacité à lire, à compter, et même à transcrire. Suite à des expertises, des constats d’huissiers et le bon sens, ce notaire ne reconnait toujours pas ses erreurs. L’ensemble de ses capacités ne posent elles pas problème ? Ses erreurs ont conduit, par exemple, un citoyen, que probablement la justice qualifiera de vulnérable, à perdre une partie de sa propriété et de sa maison. Maître Nyzam prétendait et semblait assurer de devenir maire!!!

 

Les promoteurs qui ont bénéficié de ces « erreurs » :

– Pour l’un, Monsieur Hallaunbrenner Philippe, qu’il n’est peut-être plus besoin de présenter, dont la compétence est assurément l’aplomb dans le mensonge, sa capacité à inverser les rôles et même, bien que bourreau, veut se faire passer pour une victime. Par exemple, Il est capable de signer un acte dans lequel il vend à un tiers une partie de propriété qu’il vient de spolier et quelques heures plus tard dans un autre acte reconnait que la parcelle qu’il vient de vendre appartient bien à la personne qu’il vient de spolier. Exploit, Non ? N’est-il pas peu glorieux pourtant de déposséder une personne vulnérable ?

 

– Pour l’autre, Monsieur Djilani Mohammed, qui a bénéficié de la parcelle spoliée (pour zéro euro). Ce dernier dans une seule construction, réussit l’exploit de violer presque l’ensemble des Codes qui régissent notre république démocratiqueAinsi de l’acquisition de la parcelle qui repose sur la violation des droits de l’Homme, de la Constitution  du Code Pénal, et du Code Civil, il poursuit l’exploit en violant le Code de l’urbanisme, de la construction, de l’environnement et première cerise sur le gâteau délivre un logement où les eaux usées du locataire se répandent, aujourd’hui encore, sur la voie. Le Code de la santé publique et la salubrité sont violés à leurs tours. La profession de ce tiers : Pharmacien. M. Djilani continue à empoisonner la vie de citoyens.  Monsieur Djilani Mohammed réussit même, peut être deuxième cerise sur le gâteau, à faire réaliser les plans et le suivi des travaux par un architecte qui n’a jamais été architecte !!!

 

La mairie de Saint Pierre d’Oléron se montre à son tour « bienveillante » et ne voit aucun problème.  Elle rechigne même à assurer sa compétence de police de l’eau. Sur un autre dossier, avec Monsieur Hallaunbrenner, qui au travers d’une autre Xieme structure juridique  menace la mairie de demander des millions d’euros de préjudices, La mairie souhaite « composer » !!!  Les promoteurs veulent obtenir la constructibilité d’un terrain naturel, mais aussi zone de captage d’eau !!! Les promoteurs n’ont subi aucun préjudice de la part de la mairie. Ils avaient obtenu un permis d’aménager et jamais de permis de construire. Il est à préciser que ce permis d’aménager avait été obtenu sur la base d’un PLU, la veille de son annulation, dans son ensemble, par le tribunal !!! (Dans quelles conditions ???) La zone redevenait zone agricole et prendre le risque d’aménager sur une zone agricole ne concerne absolument pas la responsabilité de la mairie. Par ailleurs le nouveau PLU classait peu après cette zone en zone naturelle. Réaliser les travaux dans ces conditions semblait être une pure folie et n’obligeait en rien la mairie à donner, par la suite, des permis de construire. Ce classement en zone naturelle dans le nouveau PLU n’avait même pas été contesté par les promoteurs!

De plus dans « les négociations en cours » l’exemple de la commune  voisine ne doit-il pas servir d’exemple : Cette commune a fait l’acquisition d’un terrain hypothétiquement constructible. Ce terrain s’avérant de fait quasiment inconstructible (en tant que zone humide…) la mairie se trouve avec une perte qui correspond à plus de trois ans de budget!!! (Le notaire, Maître Nyzam, qui a signé l’acte authentique, était également un élu et  adjoint de cette même mairie!!! (Cf. note 1 de la lettre à Madame La Ministre de la Justice)). A Saint Pierre d’Oléron Il semblerait que les négociations en cours semblent d’une parfaite opacité tant les engagements de Monsieur le Maire de recevoir les riverains ne sont pas tenus.

 

Délation ?

Un questionnement  se fait sur la nature des propos tenus. Délation / information / Protection ?

Suite à la participation à des colloques, conférences, entretiens… il semble qu’il peut être retenu que la délation n’a d’autre objectif que de nuire à la personne. Sans intention de permettre d’améliorer une situation ou dénoncer des agissements qui permettent de faire cesser des injustices, un trouble, des nouvelles victimes, voire la sécurité publique.

Dans ce dossier les auteurs ne cessent de poursuivre leurs délits ou crimes. Les victimes ne cessent de s’accumuler (cf. Lettre à Madame La Ministre). La colère mesurée auprès de victimes me fait craindre pour l’ordre public et  ceci, tant pour les auteurs de ces « faits », que pour les victimes. Les instances en charge du respect de la loi font les autruches et certains juges ne remplissant pas leur fonction de garants du droit et la protection et l’égalité des citoyensattisent les tensions. Douze ans après les faits aucune condamnation si ce n’est celle des victimes.  » Les petites mains plus fortes que le droit » prétendait l’un des promoteurs. L’ordre public est assurément en danger.

 

S’il est compréhensible que les auteurs tentent de discréditer la dénonciation de ces faits ou comportements, ce qui est compréhensible, il en va tout autrement d’autres citoyens. Une non dénonciation ne serait-elle pas de la non-assistance à personne en danger, ainsi je me joins à ceux qui ont écrit « l’indifférence a les mains tachées de sang » ou il nous faut, aujourd’hui,  » plus craindre le silence des pantoufles que le bruit des bottes ».

 

Cordialement

 

Bernard Tirard

 

PS Je suis désolé de ne pouvoir répondre aux demandes qui me sont faites pour « instruire » des dossiers. Même si les délits sont évidents, manifestes, prouvés par des expertises judiciaires, le combat ne fait que commencer pour le simple citoyen. Le temps est également l’allié de cette, parfois, criminalité. Les sacrifices nécessaires pour instruire et suivre un dossier sont vraiment très, très importants.

 

PJ Vous trouverez ci joint un résumé, dans une lettre adressée à Madame la Ministre de la Justice qui j’espère pourra exprimer ses convictions de justice et d’égalité et assurer notamment sa compétence à saisir l’Inspection Générale des Services Judiciaires.

Vous pourrez trouver d’autres éléments sur le site en devenir http://www.impunite-cols-blancs.fr/ ou sur le lien http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2014/10/30/saint-pierre-d-oleron-une-zone-commerciale-en-partie-contestee-par-un-riverain-581276.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *