Archives pour la catégorie Impunité

Partout où des Officiers Ministériels corrompus ou peu scrupuleux sévissent, des propriétaires, principalement en état de faiblesse, perdent leur maison, leurs propriétés ou leurs droits immobiliers. Certains sont ruinés, d’autres perdent santé et parfois leur vie dans ce « pot de fer contre pot de terre ».

Magistrats : Fautes lourdes et dénis de justice ou … complicités ?

Cette lettre ouverte a été adressée aux services de la chancellerie, au cabinet du Ministre de la justice et garde des Sceaux, Monsieur le Premier ministre,  Monsieur Le Président de la République.

Lettre ouverte N°3 : Fautes lourdes et dénis de justice ou … complicités : responsabilité de l’Etat engagée.

 Demande de  saisie de M le Procureur général de la Cour de Cassation, …

Impunité de la criminalité en cols blancs et complicités génèrent la violence.

 

Un nouvel arrêt de la Cour de Cassation confirme les dysfonctionnements des institutions au plus haut niveau. Ces violations provoquent bien des inquiétudes et interrogations. (Arrêt N° 952 F-D audience du 30 septembre 2015)

Du  Code Civil ont été violés les articles 2 et 17 de la Déclaration des droits de l’Homme concernant l’inviolabilité de la propriété et avec eux le Code Civil et pénal qui protège le droit de propriété.

ont été violées également,  les sections 2 (Comment s’établissent les servitudes), Section 3 (Des droits du propriétaire du fonds auquel la servitude est due) et Section 4 : Comment les servitudes s’éteignent du Livre II, dans le titre IV ( Des servitudes ou services fonciers), au Chapitre III ( Des servitudes établies par le fait de l’homme.)

« La faute lourde est celle qui a été commise sous l’influence d’une erreur tellement grossière qu’un magistrat normalement soucieux de ses devoirs n’y eut pas été entraîné ». Exemples multiples :

En résumé et suite aux courriers que je vous ai précédemment adressés, suite à la colère qui ne cesse de croitre chez de nombreux citoyens, suite aux propositions qui me sont faites (actions, comité de soutien,…) que je ne cesse de refuser espérant que le droit et vos convictions de justice sauront l’emporter sur la gangrène qui menace,

Les faits :

En 1957 Une ferme est divisée en deux, de façon précise, suite à une succession dans la famille F. Un passage commun de 5 mètres dit allée des marronniers, est créé pour accéder aux deux habitations.

Le 30 juillet 2003 une partie de la moitié Est est divisée et vendue par Les Consorts Hallaunbrenner. Ils avaient acquis la moitié Est en 1988. La partie vendue se situe entre l’habitation et le domaine public. Pour accéder et entretenir la déserte des réseaux publics de l’habitation conservée, une servitude  est créée sur une largeur de 4 mètres sur toute la longueur ouest de la propriété vendue.

En 2004, suite au compromis signé le 30 juillet 2003, j’acquière la partie habitation. Dans l’acte figure le passage commun de 5 m en page 4, la servitude créée en 2003 en page 12, (et une autre servitude créée en 1995 en page 13 pour desservir la partie Est de la Propriété)

La Cour dit, à propos de l’acte du 30 juillet 2003 «la cour d’appel, qui en a implicitement mais nécessairement déduit que cette servitude mettait conventionnellement  fin, pour les parties en cause, à la servitude d’origine et était la seule opposable à la société » !!!

Suite aux arrêts de différents tribunaux  je constate :

1°) Que le tribunal de La Rochelle par jugement du 9 octobre 2012

   N’a répondu qu’à une seule des requêtes présentées dans les conclusions. N’est-ce pas un premier déni de justice ?

Cette seule réponse signifie en substance : force est de constater que le voleur (ou receleur) d’un bien  immobilier en est bien le propriétaire à ce jour nonobstant les erreurs passées ! Il viole ainsi les articles du Code Civil qui protège la propriété inaliénable. Il  viole notamment les articles 2 et 17 de la DDH.

   En dépit du devoir d’être impartial, le tribunal se montre partial de façon incompréhensible. Alors que sept preuves du vol sont versées au dossier (dont un acte authentique de 1957 qui attribue sans conteste la partie contestée à M F., que chacune suffit à elle seule à prouver que M Hallaubrenner avait conscience que cette parcelle ne lui appartenait pas, qu’il ne pouvait donc pas la vendre à un tiers, que ce vol est confirmé par les pièces et le raisonnement de l’expertise judiciaire et les constats d’huissiers, le juge choisit,  néanmoins de donner crédit à l’acte, dit authentique, sans cesse contestable et contesté par l’expert judiciaire : il accorde le droit de propriété au voleur et receleur!

 

De plus il n’existe aucun acte de cession, ni renoncement de la part du propriétaire F., depuis l’origine de propriété à savoir des générations, ni après une succession en 1957. Le juge choisit,  néanmoins de retirer le droit de propriété  à M F. qui n’a jamais rien vendu !!!

Il est démontré que l’acte authentique de 2003 est entaché d’erreurs et falsifications.

Enfin au paragraphe origine de propriété, il  n’est fait référence qu’à une attestation de propriété datée de l’avant-veille, et  par le même notaire Maitre NYZAM. !!!

Ainsi donc est violé le droit de propriété réputé inviolable et perpétuel. Les articles du Code Civil qui régissent l’extinction des servitudes sont également violés.

Enfin, pour cet acte authentique retenu par le juge, et litigieux, pour le moins,   M Le juge est informé qu’une plainte pour faux, faux en écritures publiques, usage de faux, atteinte au droit de propriété est en cours à l’encontre de l’auteur de cet acte et des  bénéficiaires (receleurs)…

 2°) Que la Cour d’appel  dans son arrêt du 19 février 2014,  à nouveau (note 1) sous la  Présidence de Monsieur  Michel BUSSIERE.

A confirmé les précédents manquements au droit et viole ainsi à son tour le  Code Civil, le droit de propriété  et plus, en tronquant des raisonnements de l’expertise (cf. courriers  précédents).

Les six preuves du vol en pleine conscience ne suffisent pas non plus.

Surpris que le TGI de La Rochelle n’ait pas transmis l’expertise judiciaire avec le dossier à la Cour d’Appel,  j’ai dû remettre, à l’audience, la version originale  de l’expertise judiciaire. Au retour des pièces, pour un pourvoi en cassation, une pièce importante de l’expertise judiciaire disparait. Elle a été arrachée de la reliure. Cette pièce a été demandée simultanément au tribunal et à l’expert judiciaire. Les copies transmises comportent de nouvelles falsifications. Un nouveau faux apparait. Par exemple, sur une copie, « parcelle cédée à tort aux consorts Hallaunbrenner », sur l’autre, « parcelle cédée aux consorts Hallaunbrenner » etc, etc…!!!

La Cour savait que la plainte pour faux en écritures publiques et usage de faux pour les actes présentés par la défense s’était transformée en instruction et qu’il y avait donc matière à douter, au moins, des actes et docum ents présentés par la défense. La Cour a choisi les faux.

Partialité et violation du droit à nouveau. (cf. « lettre ouverte N° 4 : Partialité des juges)

 

3°) Que la Cour de Cassation dans son arrêt N° 952 F-D audience du 30 septembre 2015 (à nouveau : note 1)

A son tour viole les articles qui régissent l’extinction des servitudes. La Cour de cassation en affirmant, à propos de l’acte du 30 juillet 2003 «la cour d’appel, qui en a implicitement mais nécessairement déduit que cette servitude mettait conventionnellement  fin, pour les parties en cause, à la servitude d’origine et était la seule opposable à la société » !

1°) Comment la Cour de Cassation peut-elle conclure que l’acte du 30 juillet 2003 met fin implicitement à la servitude d’origine ?

– alors que moins d’un an plus tard, en mars 2004 cette servitude d’origine est reproduite dans mon acte authentique, au paragraphe « désignation des biens vendus »!!! Cet acte est signé par le même notaire et le même vendeur, Maitre NYZAM et M Hallaunbrenner !!! La servitude ressusciterait-elle de ses cendres ?

Dans l’acte authentique de mars 2004 (vente Hallaunbrenner /Tirard), les servitudes sont reportées en page 4, 12 et 13, dont la servitude d’origine évoquée par la Cour. Les servitudes ne se substituent, à aucun moment, mais se complètent afin de satisfaire à des contraintes  différentes (passage et entretien des réseaux, accès Est et Sud de la propriété…)

 

2°) Comment la Cour de Cassation peut-elle conclure,  également, par l’acte du 30 juillet 2003 il est mis fin à la servitude d’origine de 1957 alors :

–  a) qu’un des deux fonds dominants, défini comme tel, lors de la constitution de la servitude d’origine, n’intervient pas dans l’acte, ni dans aucun acte !!!. Que cette servitude est le chemin d’accès à l’habitation !

 

– b) Que l’acte du 30 juillet 2003 ne mentionne pas le fonds de M F. comme fonds dominant ! Ainsi, M F. qui a toujours habité cette maison et utilisé cette servitude, ne peut plus accéder,en droit, à sa maison !!!

Dès à présent l’acte du 30 juillet ne peut être que suspecté et considéré comme un faux en écritures publiques.

Aucun de ces trois derniers points ne correspond au droit et au Code Civil qui régit l’extinction des servitudes.

La cour dit de l’acte du 30 juillet 2003 qu’il précisait «sur une largeur de 4 mètres sur toute la longueur ouest de la propriété vendue »

3°) Comment la Cour de Cassation peut-elle conclure et valider également une telle servitude conventionnelle, et une telle emprise de cette servitude, qui suppose, puisqu’elle se situe sur la propriété de M F. :

  • Soit La validation de la spoliation de la Propriété de M F. Et donc violation du droit de propriété réputé inaliénable et inviolable.

Pourtant, la division de la ferme en 1957 et donc la propriété de M F. ne fait aucun doute. L’acte authentique de 1957 qui définit les lots est très précis. A cet acte, s’ajoute 6 preuves versées aux débats compromis de vente, plans de géomètres experts, qui attestent de la parfaite connaissance par M Hallaunbrenner de la propriété de M F. et donc la sienne. A ces documents s’ajoutent les conclusions de l’expertise judiciaire et les constats d’huissier tous convergents dans la conclusion de la spoliation. Enfin que M F. n’a participé à aucun acte de vente, cession ou renoncement depuis l’acte de 1957, donc reste le propriétaire.

Enfin et pour clore les invraisemblances,

– la servitude de 4m et son emprise telles que définies et retenues par la Cour ne permet pas l’objet et la raison de sa création !!! : En page 12 de l’acte de 2004, il s’agit d’une servitude réelle « et perpétuelle une servitude de passage et des réseaux nécessaires à la desserte, au raccordement aux réseaux publics et leur entretien,… ».

Or les réseaux se situent à plusieurs mètres de la servitude retenue par la Cour de Cassation ! La mise au jour d’une partie des réseaux, constats d’huissier, et expertise judiciaire avec plans ne laissent à nouveau aucun doute. Tous ces documents figuraient dans les pièces, Et pourtant…

– Une servitude de passage pour véhicule comporterait sur son axe des marronniers centenaires !!!…ne laissant passer que les vélos.

A nouveau l’hypothèse retenue par la Cour aboutit à des aberrations.

La Cour de Cassation, après le TGI de La Rochelle et la cour d’Appel de Poitiers, à son tour, en jugeant que l’acte du 30 juillet met fin implicitement à la servitude d’origine n’est pas gênée par toutes les contradictions et invraisemblances  que son raisonnement et conclusions induisent tant en droit qu’en bon sens.

 Les servitudes ne se substituent, à aucun moment, mais se complètent afin de satisfaire à des contraintes  différentes (passage et entretien des réseaux, accès Est et Sud de la propriété…)

 La Cour de Cassation dit  que la Cour d’Appel « a apprécié souverainement les conclusions de l’expertise judiciaire ». Pourtant l’expertise n’a cessé du début à la fin de démontrer et conclure définitivement : « SI l’on s’en tient aux actes »  la parcelle a été spoliée, ainsi que les servitudes.  La Cour de Cassation se devait de compléter « souverainement » par « en  toute partialité ».

 

Partialité des juges « cf. lettre ouverte N° 4 partialité des juges »

Si « la faute lourde est celle qui a été commise sous l’influence d’une erreur tellement grossière qu’un magistrat normalement soucieux de ses devoirs n’y eut pas été entraîné », alors les jugements intervenus en sont une succession. Concernant le déni de justice, il concerne le tribunal de La Rochelle mais pose des interrogations quant à la procédure pénale qui ne cesse d’être « en cours ».

L’action pénale

L’action pénale, débutée en février 2010, puis avec constitution de partie civile, n’a cessé d’être oubliée.

Si elle avait été moins oubliée, elle aurait permis d‘identifier les faux, faux en écritures publiques, l’usage de faux tant et si bien que les procédures civiles n’auraient pas pu se raccrocher à ces faux pour cautionner la criminalité en cols blancs  et violer le droit de propriété au détriment de citoyens vulnérables souvent.

Elle aurait permis d’éviter les escroqueries au jugement (mais certains juges ne se sont-ils pas  volontiers laissés escroquer puisque suffisamment d’éléments étaient à leur disposition ?).

Excepté avec  Madame la Procureure Isabelle Pagenelle et Monsieur le Juge d’instruction Yann Taraud qui m’ont permis un temps de reprendre espoir, la plainte n’a cessé d’être « oubliée ». Les courriers ont même disparu avant l’arrivée de Madame Pagenelle. Fort de l’expérience de courriers ou plaintes qui se perdent, j’ai choisi, à compter de février 2010, de déposer les courriers au tribunal contre tampon sur le double ou en recommandé. Cela a été particulièrement utile en 2012 lorsqu’il m’a été indiqué qu’il n’y avait aucune trace de mes courriers ou plaintes.

J’ai dû photocopier l’ensemble des courriers avec les preuves de dépôt que j’ai remis avec mon conseil directement auprès du secrétariat de Mme La Procureur suite à l’audience du 11 septembre  2012.

Aujourd’hui la procédure est toujours « en cours ». Est-ce la botte secrète de la justice qui permet l’impunité pour certains ? Le temps qui use les victimes ne permet plus par la disparition de témoins,  le constat de circonstances aggravantes. Ce dossier a été maintes fois exposé à des juristes de toute corporation. Régulièrement il est conclu le caractère étonnement complet de ce dossier. Faits (crimes), mobiles, tenants et aboutissants, auteurs, responsabilités, adresses et parfois numéro de téléphone des auteurs étaient joints au dossier. Sachant les difficultés de la Justice, ce travail se voulait une aide. Le travail de la Juge d’instruction était de vérifier mes accusations, pièces et preuves. !!!

Conséquences de l’impunité : Le promoteur et le notaire poursuivent de nombreuses exactions avec assurément le sentiment d’impunité. Cf Courrier : alerte finances publiques,  Compétition de pillage biens privés, finances publiques,  Le Crime parfait etc…

Le sens premier du déni de justice n’est-il pas, notamment le cas où le juge d’instruction refuse de répondre aux requêtes ou ne procède à aucune diligence pour instruire ou faire juger les affaires en temps utile ?

Par ces motifs :

Demande que soit engagée la responsabilité de l’Etat  par l’inaptitude du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi.

– pour les fautes lourdes intervenues dans ces jugements qui m’ont opposé à la « SCI Tu Temple » et la SCI « Les Marines d’Oléron ».

– Pour les dénis de justice constitués par un véritable refus de juger, expressément manifesté, révélé par une négligence caractérisée, mais aussi pour n’avoir pas jugé les affaires en temps utile concernant la procédure pénale.

Mauvaise foi,  faute intentionnelle, complicité ?

Bernard Tirard

 

PS Je n’agis pas « par procureur » car par sa définition, les emprises des servitudes sont fonction du nom du propriétaire de la parcelle contestée. Par conséquence seront définies, avec le nom du propriétaire de la parcelle contestée, la limite de propriété des consorts Hallaubrenner, et par la même l’emprise de la servitude due. Pour la servitude d’origine de 5 mètres la violation concerne les deux fonds dominants.

 

Note 1  j’évoque « à nouveau », car dans un autre volet de ce dossier, M Hallaunbrenner a utilisé les mêmes procédés pour faire disparaitre des servitudes conventionnelles établies en 1995. Elle portait pourtant la mention « condition expresse » pour signifier son importance pour l’accès au côté et à l’arrière de la propriété. La spoliation de ces servitudes m’a contraint à construire 195 m2 de bâtiment en chargeant et déchargeant à la main chaque palette dans une camionnette, à distance du chantier.  J’ai dû renoncer à vendre un bateau qui ne pouvait plus être sorti de la propriété. Avec ces servitudes,  une partie de propriété avait été spoliée par un déplacement de borne grotesque tant il était visible et constatée par huissier. Pourtant jusqu’à la Cour de Cassation mes droits ont été  bafoués.

 

Note 2 Suite à une nouvelle action en justice pour laquelle je comparaissais en tant que prévenu pour diffamation, il apparait que la justice a été utilisée par-delà Madame la Procureure, pour exercer pression, menace et usure. Le plaignant, M Hallaunbrenner Philippe, promoteur au centre de toutes les exactions délits ou crimes, sachant que j’avais apporté non pas une mais plus de sept preuves du vol de propriété qu’il avait commis et que chacune d’elles aurait suffi à établir le vol, « aurait » choisi de remettre la consignation hors délai rendant la procédure irrecevable et empêchant ainsi tout débat. Perte de beaucoup de temps, d’argent, et renoncements à des projets familiaux importants, la justice peut-elle être utilisée à nouveau comme rouleau compresseur du droit du simple citoyen ? Et ce, en toute impunité !

 

La hiérarchie doit elle couvrir les manquements des OPJ ?

A Monsieur le Commandant de la Compagnie de Gendarmerie de ROCHEFORT, Chef d’escadron

  1. Renaud de MARTIN de VIVIES

Copie à :   Monsieur le Président de la République M. Emmanuel Macron (suite à demande d’information),

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur le Ministre de l’intérieur

Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la justice,

Monsieur le Procureur Général près la cour d’Appel de Poitiers,

Madame la Procureure près le tribunal de La Rochelle,

Madame La juge d’instruction.

Toutes personnes susceptibles de faire éclater la vérité.

N° de Parquet :  1318600108 N° de l’Instruction : 113/00018

Le 21/11//2017

Objet : stupéfaction suite à la lecture de votre réponse et de votre analyse de la plainte dont l’objet était :« à nouveau un OPJ au service de l’impunité de la criminalité ?  L’adjudant Forteau Jérôme. »

Monsieur le Commandant,

J’accuse réception de votre courrier avec stupéfaction. En effet votre analyse vous conduit à considérer, d’une part, que pour l’adjudant Forteau « aucun manquement ne puisse lui être reproché »   et, d’autre part, qu’il « a réalisé point par point les missions que lui fixait la magistrate »

1°) Ainsi,

Vous considérez par votre analyse que ce représentant de l’ordre public n’a commis aucun manquement.

Pourtant,

– par ses conclusions il viole la loi, la Constitution et les droits fondamentaux des citoyens français dont l’inaliénabilité du droit de propriété. Plus grave encore, il prend l’initiative d’accroitre le vol (ceci est démontré dans mon précèdent courrier du 14 aout 2017),

– il outrepasse dans ses conclusions la demande de Madame Mistrale, juge d’instruction, en devenant lui-même juge. Malgré tous les éléments à sa disposition, il valide une spoliation de propriété. Je précise que les pièces que je lui proposais figuraient dans l’expertise judiciaire. Cette dernière faisait partie des pièces saisies à AFETI.

– il accroit la surface de la maison volée par M. Hallaunbrenner. Pour rappel ce dernier avait spolié la partie de terre et de l’habitation de M. Favre nécessaire à la réalisation du projet immobilier. De façon invraisemblable, M. Forteau double la surface de l’immeuble volé, en concluant que « tout le chai appartient à M. Hallaunbrenner » !

– il ne participe pas à la manifestation de la vérité mais constitue une entrave à cette dernière,

– il demande à me rencontrer, il acquiesce devant la démonstration incontestable qui permet d’établir que la propriété appartient bien à Monsieur Favre, il acquiesce à nouveau en présence de représentants de M. Favre, puis il conclut le contraire dans son rapport à Madame la juge d’instruction ! Pour quelle raison M. Forteau a-t-il souhaité s’entretenir avec moi, assurément pas pour permettre la manifestation de la vérité. Sur place l’évidence du vol et du crime s’impose. Ceci a été constaté par l’expertise judiciaire, par les personnes poursuivies devant l’expert et des centaines de personnes, toutes professions confondues, venues s’informer. Devant l’évidence de la spoliation un huissier de justice a préconisé un transport de justice.

 

Alors, considérant

– toutes les pièces, témoignages et aveux à la disposition de l’OPJ Forteau J., parfois recueillis lors d’auditions qu’il avait lui-même conduites,

– les pièces dont une signée par M. Hallaunbrenner Philippe !

– un aveu d’un géomètre expert poursuivi qui reconnaissait que la propriété appartenait à Monsieur Favre et non à Monsieur Hallaunbrennner conformément à l’acte authentique de 1957 (acte fondateur des lots) et non à l’acte authentique commis par Maitre NYZAM Daniel en 2003,

Comment pouvez-vous conclure qu’aucun reproche ne peut être fait à l’OPJ Forteau ?

 

2°) Vous considérez également que M. Forteau Jérôme a suivi point par point la mission fixée par la magistrate.

Madame Mistrale Mélanie précise pour la mission :« Vous pourrez pour ce faire et, de manière plus générale, pour établir la vérité quant aux faits dont je suis saisie, procéder à toutes auditions, perquisitions, saisies et réquisitions utiles à la manifestation de la vérité et ce, vu l’urgence et le risque de dépérissement des preuves, sur l’ensemble du territoire national conformément aux dispositions de l’article 18 alinéa 4 du Code de Procédure Pénale ».

Pourtant,

–  M. Forteau Jérôme a refusé de considérer l’acte authentique de 1957 fondateur des lots. Cet acte définit précisément les lots et donc la propriété de M. Favre et celle de la famille Hallaunbrenner. Ce refus est contraire à la mission fixée par Madame la Juge d’instruction : Etablir la vérité, à partir de la loi et des actes de propriétés.

– M. Forteau aurait dû consulter la Constitution, le Code Civil et Pénal pour pallier aux graves lacunes juridiques dont il a fait preuve. Ainsi il aurait pu comprendre que la propriété de M. Favre est parfaitement et précisément définie par l’acte authentique de 1957. Ce dernier n’a jamais vendu sa propriété, ni sa maison, la propriété est un droit inaliénable, elle ne peut donc lui être contestée … Quand bien même un notaire l’attribue à un tiers cinquante-trois ans plus tard, en juillet 2003, dans un acte dit authentique ! De plus dans cet acte, ne figure aucune antériorité de propriété si ce n’est une attestation délivrée par le même notaire Maitre Nyzam Daniel deux jours avant ! La parfaite conscience de cette spoliation en fait un faux en écriture publique.

– M. Forteau aurait dû relever que de nombreux documents produits par les personnes poursuivies se contredisent les uns les autres. Une remarque sur ces faux, faux en écritures publiques aurait permis la manifestation de la vérité.

Non,

L’adjudant Forteau Jérôme n’a pas réalisé point par point la mission qui lui était confiée. Il a même été, à l’encontre de la mission qui lui a été confiée : établir la vérité.

Ainsi Madame Mistral rencontre une nouvelle entrave à la manifestation de la vérité. Précédemment une expertise judiciaire demandée dans le même tribunal ne lui parvient pas, plus de deux ans après, (et après relance). Aujourd’hui l’adjudant M. Forteau conclut le contraire de la vérité juridique pourtant élémentaire et manifeste.

Bien sûr je ne crois pas à une telle incompétence juridique. Mais dès lors les raisons qui ont conduit M. Forteau J. à bafouer le droit et les victimes sont plus graves encore, dans une démocratie. L’autorité publique, se passe le relai avec l’institution judiciaire pour assurer l’impunité de criminels et délinquants. Ils violent les droits, même Constitutionnels, et bafouent la DDHC !

Le préambule de la DDHC précise l’importance de préserver les droits des citoyens pour éviter la barbarie. Pourtant, aujourd’hui, en France, certains représentants de l’ordre et des droits permettent, cautionnent ou assurent l’impunité de criminels (selon code pénal) qui ont violé ces dits droits.

  1. Hallaunbrenner m’expliquait l’inutilité de poursuites judiciaires car « les petites mains sont plus fortes que le droit ». Une nouvelle démonstration vient d’être faite.

Veuillez agréer Monsieur le Commandant l’expression de mes salutations que je souhaiterais plus respectueuses.

Bernard Tirard

PS

Dans une analyse soucieuse de faire éclater la vérité, M. Forteau J. aurait dû conclure aussi, par exemple, que l’officier Meunier Vincent de la brigade de Saint Pierre d’Oléron avait également dit le contraire de la vérité manifeste. Cette contrevérité, dans un rapport envoyé à Madame la procureure, a permis l’impunité d’une nouvelle atteinte au droit de propriété.

Soucieux de justice et de paix sociale, je poursuis mes demandes d’arbitrage et mon information afin que l’autorité publique et l’institution judiciaire ne soient pas discréditées par quelques individus.

un officier de gendarmerie au service de l’impunité de la criminalité ? … en cols blancs

 

A Monsieur le Commandant de la Compagnie de Gendarmerie de ROCHEFORT

Copie à :   Monsieur le Président de la République M. Emmanuel Macron (suite à demande d’information).

Monsieur Le Premier Ministre,

Madame le Garde des Sceaux,

Monsieur le Procureur Général près la cour d’Appel de Poitiers,

Madame la Procureure près le tribunal de La Rochelle,

Madame La juge d’instruction.

N° de Parquet : 1318600108 N° de l’Instruction : 113/00018

Le 14/08/2017

Objet : à nouveau un OPJ au service de l’impunité de la criminalité ? l’adjudant Forteau Jérôme.

Monsieur le Commandant,

Je vous prie de bien vouloir excuser par avance mon ton agacé. Il m’est difficile de faire autrement après douze années de procédures pendant lesquelles les positions prises par certains membres de l’autorité publique ou l’institution judiciaire laissent perplexes, y compris des membres de ces mêmes institutions.

Aujourd’hui,

– Dans le cadre d’une commission rogatoire, avec pour mission d’établir la vérité suite à des spoliations, à une plainte pour faux en écritures publiques par personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions, usage de faux, … (faits recevant la qualification de crime par le code pénal),

– pour éviter un scandale judiciaire lié à une injustice fondée sur une instruction bâclée volontairement,

l’adjudant Forteau Jérôme manque assurément d’’’impartialité’’ dans le choix des documents analysés et conclusions transmises à Madame la Juge d’Instruction.

Pourquoi,

s’agissant de déterminer la constitution de deux lots, issue de la division d’une propriété en 1957, l’OPJ n’analyse pas cet acte authentique extrêmement précis qui crée cette division ? !

Avec cet acte il était aisé de déterminer la véritable définition des lots, le véritable propriétaire, en droit, d’une parcelle et d’une partie d’immeuble objet de multiples procédures : M Hallaunbrenner ou M Favre.

Le droit de propriété étant inaliénable, aucune cession n’ayant eu lieu, cet acte de 1957 aurait dû suffire, en droit à établir la spoliation.

M Forteau refusera pourtant de consulter un original de cet acte que je lui proposais pour l’étudier. Cet acte était également disponible dans l’expertise judiciaire remise par le géomètre expert Monsieur Brunet, mais aussi au service de la publicité foncière.

Que la parcelle BY 287 appartienne à Monsieur Favre, est repris de nombreuses fois dans l’expertise judiciaire, mais aussi par M Brunet géomètre expert lors d’une audition, par divers travaux de géomètres, par huissier, par les parties lors d’une confrontation sur place, et par M Hallaunbrenner Philippe lui-même dans un compromis de vente du 30 juillet 2003 (que M Forteau refusera également de consulter et d’analyser).

 Mr Forteau refusera d’analyser les conclusions et la plaidoirie qui devaient être présentées dans le cadre d’un procès en diffamation intenté par M Hallaunbrenner à mon encontre. J’apportais plus de sept preuves du vol conscient. Je faisais la démonstration du caractère dangereux de cet individu pour la paix sociale et la crédibilité des institutions. M Hallaunbrenner ‘’s’arrangera’’ pour que ce procès en audience publique, en présence de journalistes, n’ait pas lieu. L’argumentation avait été adressée au parties et Tribunaux.

M Forteau conclut pourtant, malgré toutes les pièces probantes et incontestables, que cette parcelle appartient à M Hallaunbrenner Ph.

Bien qu’informé que cette spoliation et sa validation conduit à des invraisemblances, comme celle d’avoir une servitude de passage pour véhicule de 5 mètres de large qui comporterait une rangée de marronniers centenaire sur son axe rendant cette servitude impraticable, n’a pas dissuadé M Forteau de choisir la voie des incohérences.

Monsieur Forteau choisit, pour valider son choix, de consulter le cadastre, outil fiscal, qui ne permet pas d’établir un droit de propriété ! … Surtout opposé à un acte authentique.

 Monsieur Forteau ne peut prétendre à une surcharge de travail pour justifier ses manquements.

 En effet l’étude du cadastre, parfaitement inutile puisque ce n’est qu’un outil fiscal et qu’il ne peut servir à établir un droit de propriété, qui plus est, face à un acte authentique, s’avère, particulièrement ici, chronophage.

L’étude de l’acte authentique de 1957 à l’origine de la définition des lots demandait deux minutes.

En faisant état des divisions de parcelles (d’ailleurs long et peu précis), Il reproduit également la méthode utilisée par Monsieur Hallaunbrenner qui multiplie les divisions de parcelle qu’il redivise puis redivise tant et si bien qu’un juriste dans un bureau s’y perd assurément. L’un d’entre eux, mais également un huissier, constatera : « plus de deux jours sur votre dossier pour tenter de comprendre l’articulation des parcelles, alors que deux minutes sur place suffisent ». Cette méthode permet également d’augmenter le risque d’erreur à la retranscription, qu’il suffira, pour un malhonnête, d’exploiter.

Maitre Ruillier Huissier de justice préconisera un transport de justice tant la situation et les spoliations sont limpides sur place.

 Enfin, plus invraisemblable encoreMonsieur Forteau attribue une partie encore plus grande de l’immeuble de Monsieur Favre à Monsieur Hallaunbrenner.

M Forteau, officier assermenté, jette également les prémices d’une nouvelle spoliation par M Hallaunbrenner en pratiquant une extension de la spoliation.

M Forteau viole dans ses conclusions la DDHC, la Constitution, le Code civil qui précisent que le droit de propriété est inaliénable. Il démontre par son attitude consciente des manquements à la probité et l’impartialité.

Monsieur Forteau, OPJ membre de l’autorité publique, chargé d’assurer la protection des citoyens et de leurs droits ne se met-il pas au service de la criminalité ?  Ne risque-t-il pas de tromper Madame la juge d’instruction en produisant dans ses conclusions de telles inepties, en droit ?

M Forteau agissant comme bras de Madame la juge d’instruction, travaille-t-il les mains dans le dos ou son bras est-il gangréné ?

Dans l’attente de mesures, pour que l’application de la loi prévale, pour que le discrédit jeté sur les institutions et l’autorité publique par quelques individus cesse,

Je vous prie d’agréer, Monsieur Le Commandant de gendarmerie l’expression de mes sentiments distingués.

Bernard Tirard

(1) Un OPJ Monsieur Meunier Vincent dans une procédure avait indiqué à Madame La Procureure, le contraire de ce qui peut être observé toujours actuellement ! Il s’agissait d’un déplacement de borne et d’atteinte au droit de propriété.

PS : Ayant fait l’objet de nombreuses menaces dont certaines furent mises à exécution (incendie de mon véhicule à l’intérieur de la propriété etc…) vous comprendrez que ce courrier ne puisse rester confidentiel et que toutes dispositions pour le rendre public, en prévision d’une ‘’mésaventure’’ dont je pourrais faire l’objet, ont été prises.

Pharmacien, il se joue du code de la santé publique et de l’environnement

Atteinte au code de la santé publique et à l’environnement par un pharmacien.
Ce pharmacien contraint ses locataires à déverser de façon récurrente, depuis plus de douze années, les eaux usées sur un chemin et dans la nature. 
Quatre saisons et quatre cycle ou mouvement : lavage, déversement excréments , de papier toilette, rinçage.
M DJILANI Mohammed, non content d’avoir construit un bâtiment sur la base d’une partie de propriété et maison volé à une personne vulnérable, avoir enfreint le code de la construction, et de l’urbanisme, se joue de celui de la santé publique et de l’environnement.
Le Maire informé,  l’autorité publique saisi , rien … ne change. http://www.impunite-cols-blancs.fr/2017/11/merci-et-ode-a-m-le-maire/
Le préfet ne répond pas à la question : L’autorité publique et l’institution judiciaire sont elles officiellement au service de la criminalité en cols blancs !

Merci et ode à M. Le MAIRE

affiche exposée :

Lettre qui aurait pu être écrite par M DJILANI Mohammed pharmacien à Saint Pierre d’Oleron et promoteur du bâtiment « Oleron Médical » et son extension

MERCI M. LE MAIRE

Après avoir acquis une parcelle avec  M Hallaunbrener Philippe (au préjudice d’une proie facile et vulnérable) par la violation des droits de l’Homme et de la Constitution du Code Civil et Pénal,  j’ai pu construire et utiliser un bâtiment (derrière OLERON MEDICAL) sur la base d’un permis de lotir qui ne correspondait pas, j’ai pu violer le Code de l’Urbanisme, de la Construction sans aucune difficulté ni sanction.

Aujourd’hui encore,  grâce à votre bienveillance et inaction quand à votre responsabilité de la police de l’eau vous permettez de laisser s’étendre les eaux usées de mes locataires sur des voies d’accès. … et ceux malgré les courriers de M Bernard Tirard. qui ne cesse de vous rappeler vos obligations. Je peux continuer  à violer ainsi le Code de l’environnement et celui de la Santé publique.

Merci donc à nouveau, et sachez qu’ainsi vous pouvez être assuré de ma voix.

 PS : – Il faut reconnaitre que vous avez été aidé par certains représentants de l’état ou petites mains

        – Copie à Mme La Préfète, Mme La Procureure et aux  responsables et ministres   de tutelle.

Lettre ouverte à M. le Maire de Saint Pierre d’Oléron le 27 juillet 2015

Monsieur le Maire,

Suite au non-respect de vos engagements, de vos responsabilités,

Suite à votre immobilisme devant des actes commis par vos administrés qui portent également atteinte à la santé publique et à l’environnement,

Devant l’absence de réponses aux courriers qui vous sont adressés,

Vous trouverez ci-joint  la prolongation de la campagne d’information que je diffuse et présente aussi dans votre commune.

Devant les témoignages d’exaspération et de colère que je ne cesse de recueillir,  je mesure la responsabilité des services de l’état et de votre administration devant l’impunité des exactions commises par cette délinquance en cols blancs. Nombre de ces exactions devraient recevoir la qualification de crime par les juridictions pénales.

J’aurais le soulagement d’avoir à débattre devant le tribunal Pénal le 20 aout 2015.

Outre de dénoncer et prouver la véracité de mes propos concernant M Hallaunbrenner Philippe, je ne manquerais pas d’évoquer le danger que constitue cet individu pour :

– l’ordre public,

– les administrations ou institutions  sur lesquelles se fonde notre République qui deviennent complices de cette criminalité en cols blancs par leur bienveillance plus ou moins active,

 –  mais également pour les finances publiques. J’évoquerais donc votre « négociation » pour un terrain naturel qui appartient principalement à ce même M Hallaunbrenner au travers de la Société ALLIANCIM. Cette négociation laisse de nombreuses personnes « perplexes ».

Pourquoi envisager 65 euros le m2 pour un terrain naturel de près de 40000 m2 qui devrait valoir moins d’un euro par m2 ? En effet :

– Il s’agit d’un terrain qui serait hypothétiquement constructible, car cette zone naturelle est de surcroit une zone de captage d’eau et un nouveau PLU n’est pas une assurance de constructibilité (annulation d’un précédent).

– l’évocation des travaux  par les propriétaires pour justifier le prix, restent irrecevables. Ces travaux ont été réalisés sur la base d’un permis de lotir et d’un PLU, qui a été annulé dans son ensemble par le tribunal administratif le lendemain de la signature de ce permis d’aménager. De plus,  ce terrain était redevenu zone agricole bien avant le commencement des travaux,  puis zone naturelle. N’est-il pas irresponsable de la part des propriétaires de réaliser des travaux d’aménagement sans aucune possibilité d’obtenir un permis de construire par la suite. Les finances publiques ne doivent pas servir à payer les erreurs de privés.

– Permettre de rembourser le prix d’achat est une farce. En effet malgré leurs dires les Consorts Hallaunbrenner ont acheté cette propriété le 3 mai 1988 pour la somme de moins de 10700 euros. La vente morcelée d’une partie de cette propriété a déjà permis de multiplier par dizaine ce prix d’achat. Que la terre se transforme en or pour un privé ne doit pas être du ressort des finances publiques !!! Ces dernières ne peuvent étancher l’avidité ni la cupidité.

Un maire doit-il céder devant les menaces non fondées (deux millions demandés par M Hallaunbrenner), le bluff, les tentatives de coup de force ou doit-il penser à l’intérêt général, préserver les finances publiques et non favoriser l’intérêt privé ? Vous voudriez vous considérer comme le sauveur de millions d’euros,  mais ne serez-vous pas considéré comme un nouveau complice de M Hallaunbrenner ?

 

Pourquoi ne pas préempter le terrain naturel s’il s’agit de construire une gendarmerie et une caserne de pompiers donc pour l’intérêt public, l’intérêt général ?

Veuillez agréer, Monsieur Le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

Bernard Tirard

Note

1) Le permis de lotir accordé  la veille de l’annulation par le tribunal du PLU qui permettait de rendre ce terrain constructible laisse dubitatif,   

2)  L’exemple de la commune voisine de Dolus n’est-il pas un exemple ? Un adjoint, également notaire, Maitre NYZAM Daniel (également poursuivi devant le tribunal pénal), signe un acte authentique pour l’acquisition d’un terrain pour sa commune qui s’avèrera non constructible pour la somme de 1 295 000 euros alors que ce terrain vaut moins de 5000 euros. Qui va donc payer le déficit de plus d’un million d’euros !!! L’histoire doit-elle se répéter à Saint Pierre d’Oléron ?

3) Copie adressée aux ministères de tutelle, Madame La Préfète, Madame La Procureure, Madame La Juge d’instruction. 

POT DE FER contre POT DE RÊVES

Cette lettre a été adressée aux destinataires suivants par courrier ou courriel le 05/11/2015… 

Aujourd’hui, le 15/11 2016… Un an déjà. Le pot de fer ne bouge pas…Grande inquiétude…

Attendent-ils une révolte ?

 Le préambule de La Déclaration Des Droits de L’Homme a pourtant mis en garde sur les dangers liés au non respect des droits des citoyens.

Est ce bien raisonnable ?

Bernard Tirard

Version résumée d’une Lettre ouverte à :

Monsieur Le Président de La République, recommandé avec A/R,

Monsieur Le Premier Ministre,

Madame La Ministre de la Justice et Garde des Sceaux,

Monsieur le Ministre de l’Economie,

Madame La Ministre de l’environnement,

Monsieur le Ministre de l’intérieur…

Pot de fer contre pot de rêves

Ou de la naissance de la révolte et de la violence dans une nation dite « démocratique ».

Exemple à  SAINT-PIERRE d’OLERON.

ATTENTION ! Il ne s’agit pas ici d’un problème privé de voisinage, mais de la démonstration des « dysfonctionnements » d’administrations et institutions en charge de la protection des citoyens, et de leurs droits, condition de la paix sociale. (Préambule à la Déclaration des Droits de L’Homme)

Le droit inaliénable et inviolable  de propriété ne cesse d’être violé y compris par quelques juges. Avec lui sont violés la Déclaration des Droits de l’Homme (article 2 et 17), la Constitution, le Code Civil et Pénal, de l’urbanisme, de l’environnement, de la construction…

Dans cet exemple, un promoteur  M. Philippe Hallaunbrenner , obtient la complicité de représentants de l’Etat, géomètres experts, officiers ministériels,  notaires (Maître NYZAM Daniel),  etc… Leur impunité est rendue possible grâce au rôle de certains juges notamment.  Cette impunité permet la poursuite des exactions, délits et crimes.

Cette lettre s’adresse à chacun des responsables de l’ordre Public, de la protection des droits des citoyens, de l’ordre public, de l’environnement, de l’intérêt public, des finances publiques.

Devant des dangers imminents pour la nation et la paix sociale, et  suite aux jugements intervenus, séparation des pouvoirs, indépendance de l’autorité judiciaire, souveraineté des juges  assurent la protection de la criminalité en cols blancs. La partialité de quelques juges, si flagrante,  ne pourrait-elle pas  recevoir la qualification de complicité de crime ? Les violations du Code Civil et du droit de propriété constituent des fautes lourdes et dénis de justice. « la faute lourde est celle qui a été commise sous l’influence d’une erreur tellement grossière qu’un magistrat normalement soucieux de ses devoirs n’y eut pas été entraîné ».

Sur l’article 434-25 du Code pénal qui encadre les commentaires sur les décisions de justice. : Le discrédit qui porte atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance n’est-il pas jeté par quelques magistrats eux-mêmes ? Et non par les commentaires de citoyens qui remplissent leurs devoirs d’information, de prévention et d’aide à personnes en danger.

Il ne s’agit que de désobéissance citoyenne.

Un citoyen, vulnérable, perd une partie de sa maison, de sa propriété, de ses servitudes qui permettent d’accéder au reste de l’habitation, sans avoir vendu ou reçu quoi que ce soit, sans avoir signé un seul acte !!!

M Hallaunbrenner Philippe a réalisé ces spoliations aux fins de permettre une constructibilité avantageuse avec moins de contraintes et un prix plus avantageux pour des acquéreurs à venir.

Pas moins de six preuves étaient versées aux débats pour confirmer le vol. Tous ces faits ont été consignés par expertise, et expertise judiciaire, constats d’Huissier. Ce dernier dans un courrier propose un transport de justice tant la situation et les spoliations sont flagrantes.

Ayant fait appel, en vain, à l’ensemble des institutions et administrations qui auraient pu et dû faire valoir le droit, force est de constater que l’Etat, par les manquements de quelques représentants, permet la violation des droits et cautionne ces vols !

Dans l’exemple, aujourd’hui,  le nouvel arrêt de la Cour de Cassation permet à nouveau la violation du Code Civil :

La Cour de cassation valide une erreur de la Cour d’Appel. Ne viole-elle pas à son tour le Code Civil en écrivant : il est mis fin, implicitement, à la servitude d’origine… !!! ?

Comment la plus haute juridiction peut conclure qu’un acte réalisé en juillet 2003 met fin à une servitude d’origine alors que moins d’un an plus tard (en mars 2004), cette servitude d’origine est reprise dans mon acte authentique par le même vendeur et même notaire !!!  Cela ne correspondait non plus à aucun des articles du Code Civil (Livre II, titre IV, Chap.III, section IV )  qui régit l’extinction des servitudes !!!

Comment une servitude conventionnelle quotidiennement utilisée peut-elle disparaître ou s’éteindre alors :

– qu’un fonds dominant n’est intervenu dans aucun acte ou accord !!! Pour rappel, cette servitude d’origine bénéficiait à deux fonds dominants.

– qu’elle permet l’accès à la maison du deuxième fonds dominant !

Violation également du livre II titre IV, Ch. 3 des droits du propriétaire du fonds auquel la servitude est due.

La Cour ne  présente elle pas une copie bâclée, avec des lacunes juridiques. Incompétence, collusion, corruption, complicité avec la criminalité en cols blancs ? A vous de juger. Cette analyse est transmise au Ministère de la Justice pour fautes lourdes et dénis de justice… à minima.

A votre tour, accorderez-vous votre bénédiction à cette criminalité, fermerez-vous les yeux ?

Participerez-vous à la protection de l’entre soi d’une ville de province ou même d’un bourg ?

Deviendrez-vous complices passifs ou actifs de cette délinquance et criminalité en cols blancs qui permet le développement de la plante vivace de la cupidité   et de la violence qui menace la paix sociale ?

Bernard Tirard

Poésie / viols, crimes et impunité à Oléron.

Bonjour,

Il aurait été agréable de parler de poésie, de la découverte d’une oeuvre musicale ou picturale mais lorsque des viols à répétition, des crimes sont perpétrés à maintes reprises en toute impunité, l’urgence n’est-elle pas dans l’analyse des faits, des causes ? Doit-on laisser quelques brebis galeuses discréditer des professions ou institutions, peut-on laisser ce cancer ronger notre démocratie en déliquescence ?

Cupidité et avidité semblent être les mobiles de ces exactions.

L’impunité est servie par les ordres, administrations et institutions en charge pourtant du respect et de la protection des citoyens. Pourtant un commissaire du gouvernement ou des juristes avaient concluent « Ubuesque, édifiant, consternant, déplorable, grotesque… » Ainsi un promoteur qui  » serait capable de soutenir qu’il a enfanté sa mère » réussit à convaincre !!! Complicité active ou passive, l’impunité de ces viols n’est-elle pas rendue possible par d’autres serviteurs que sont l’individualisme, la lâcheté ? Pourtant, ne faut-il pas avoir peur de la peur ?

Dans l’attente et l’espoir de pouvoir parler un jour prochain de poésie et d’art,

Cordialement 

Bernard

PS  Certains pourront être choqués par les propos, cependant, dans une « partie » ou conflit, est-il possible de demander à  UNE personne d’observer des attitudes de bienséance alors que presque TOUS les participants transgressent et violent  l’ensemble des règles établies parfois depuis 1789. 

Courriel diffusé sans compter à partir du 7 mars 2015
Objet : Record de viols, sur un même dossier, à Oléron en toute impunité ou immunité. Cerises sur le gâteau, en prime.

Les victimes de ces auteurs ne cessent de croître. Craintes pour l’ordre public devant l’impunité.

 

Bonjour,

 

Parce que cela peut vous arriver,

Parce que ce n’est pas une fiction et qu’il s’agit de réalité sans décalage de temps ni d’espace

Parce que cela ne se passe pas au moyen âge lorsque les citoyens enjambaient les excréments de leurs voisins pour se rendre chez eux,

Parce que cela ne se passe pas dans un pays sans loi, excepté celle du plus fort,

Non cela se passe en 2015, en France, sur l’île d’Oleron.

Parce que l’impunité ou l’immunité de la délinquance et criminalité en cols blancs permet aux auteurs de multiplier leurs exactions, le nombre de victimes, ainsi que les préjudices aux finances publiques,  à l’environnement … (cf lettre à Madame La Ministre ci jointe)

 

Parce que suite aux nombreux soutiens et aux échanges, il apparaît qu’une confusion peut exister quant aux auteurs. Aussi il devient nécessaire de mettre des noms pour ne pas ajouter une injustice de plus et que des non coupables (dans ce dossier) soient suspectés.

.

Le Notaire, Maitre Nyzam Daniel,  commet tant d’erreurs que se pose la question de sa capacité à lire, à compter, et même à transcrire. Suite à des expertises, des constats d’huissiers et le bon sens, ce notaire ne reconnait toujours pas ses erreurs. L’ensemble de ses capacités ne posent elles pas problème ? Ses erreurs ont conduit, par exemple, un citoyen, que probablement la justice qualifiera de vulnérable, à perdre une partie de sa propriété et de sa maison. Maître Nyzam prétendait et semblait assurer de devenir maire!!!

 

Les promoteurs qui ont bénéficié de ces « erreurs » :

– Pour l’un, Monsieur Hallaunbrenner Philippe, qu’il n’est peut-être plus besoin de présenter, dont la compétence est assurément l’aplomb dans le mensonge, sa capacité à inverser les rôles et même, bien que bourreau, veut se faire passer pour une victime. Par exemple, Il est capable de signer un acte dans lequel il vend à un tiers une partie de propriété qu’il vient de spolier et quelques heures plus tard dans un autre acte reconnait que la parcelle qu’il vient de vendre appartient bien à la personne qu’il vient de spolier. Exploit, Non ? N’est-il pas peu glorieux pourtant de déposséder une personne vulnérable ?

 

– Pour l’autre, Monsieur Djilani Mohammed, qui a bénéficié de la parcelle spoliée (pour zéro euro). Ce dernier dans une seule construction, réussit l’exploit de violer presque l’ensemble des Codes qui régissent notre république démocratiqueAinsi de l’acquisition de la parcelle qui repose sur la violation des droits de l’Homme, de la Constitution  du Code Pénal, et du Code Civil, il poursuit l’exploit en violant le Code de l’urbanisme, de la construction, de l’environnement et première cerise sur le gâteau délivre un logement où les eaux usées du locataire se répandent, aujourd’hui encore, sur la voie. Le Code de la santé publique et la salubrité sont violés à leurs tours. La profession de ce tiers : Pharmacien. M. Djilani continue à empoisonner la vie de citoyens.  Monsieur Djilani Mohammed réussit même, peut être deuxième cerise sur le gâteau, à faire réaliser les plans et le suivi des travaux par un architecte qui n’a jamais été architecte !!!

 

La mairie de Saint Pierre d’Oléron se montre à son tour « bienveillante » et ne voit aucun problème.  Elle rechigne même à assurer sa compétence de police de l’eau. Sur un autre dossier, avec Monsieur Hallaunbrenner, qui au travers d’une autre Xieme structure juridique  menace la mairie de demander des millions d’euros de préjudices, La mairie souhaite « composer » !!!  Les promoteurs veulent obtenir la constructibilité d’un terrain naturel, mais aussi zone de captage d’eau !!! Les promoteurs n’ont subi aucun préjudice de la part de la mairie. Ils avaient obtenu un permis d’aménager et jamais de permis de construire. Il est à préciser que ce permis d’aménager avait été obtenu sur la base d’un PLU, la veille de son annulation, dans son ensemble, par le tribunal !!! (Dans quelles conditions ???) La zone redevenait zone agricole et prendre le risque d’aménager sur une zone agricole ne concerne absolument pas la responsabilité de la mairie. Par ailleurs le nouveau PLU classait peu après cette zone en zone naturelle. Réaliser les travaux dans ces conditions semblait être une pure folie et n’obligeait en rien la mairie à donner, par la suite, des permis de construire. Ce classement en zone naturelle dans le nouveau PLU n’avait même pas été contesté par les promoteurs!

De plus dans « les négociations en cours » l’exemple de la commune  voisine ne doit-il pas servir d’exemple : Cette commune a fait l’acquisition d’un terrain hypothétiquement constructible. Ce terrain s’avérant de fait quasiment inconstructible (en tant que zone humide…) la mairie se trouve avec une perte qui correspond à plus de trois ans de budget!!! (Le notaire, Maître Nyzam, qui a signé l’acte authentique, était également un élu et  adjoint de cette même mairie!!! (Cf. note 1 de la lettre à Madame La Ministre de la Justice)). A Saint Pierre d’Oléron Il semblerait que les négociations en cours semblent d’une parfaite opacité tant les engagements de Monsieur le Maire de recevoir les riverains ne sont pas tenus.

 

Délation ?

Un questionnement  se fait sur la nature des propos tenus. Délation / information / Protection ?

Suite à la participation à des colloques, conférences, entretiens… il semble qu’il peut être retenu que la délation n’a d’autre objectif que de nuire à la personne. Sans intention de permettre d’améliorer une situation ou dénoncer des agissements qui permettent de faire cesser des injustices, un trouble, des nouvelles victimes, voire la sécurité publique.

Dans ce dossier les auteurs ne cessent de poursuivre leurs délits ou crimes. Les victimes ne cessent de s’accumuler (cf. Lettre à Madame La Ministre). La colère mesurée auprès de victimes me fait craindre pour l’ordre public et  ceci, tant pour les auteurs de ces « faits », que pour les victimes. Les instances en charge du respect de la loi font les autruches et certains juges ne remplissant pas leur fonction de garants du droit et la protection et l’égalité des citoyensattisent les tensions. Douze ans après les faits aucune condamnation si ce n’est celle des victimes.  » Les petites mains plus fortes que le droit » prétendait l’un des promoteurs. L’ordre public est assurément en danger.

 

S’il est compréhensible que les auteurs tentent de discréditer la dénonciation de ces faits ou comportements, ce qui est compréhensible, il en va tout autrement d’autres citoyens. Une non dénonciation ne serait-elle pas de la non-assistance à personne en danger, ainsi je me joins à ceux qui ont écrit « l’indifférence a les mains tachées de sang » ou il nous faut, aujourd’hui,  » plus craindre le silence des pantoufles que le bruit des bottes ».

 

Cordialement

 

Bernard Tirard

 

PS Je suis désolé de ne pouvoir répondre aux demandes qui me sont faites pour « instruire » des dossiers. Même si les délits sont évidents, manifestes, prouvés par des expertises judiciaires, le combat ne fait que commencer pour le simple citoyen. Le temps est également l’allié de cette, parfois, criminalité. Les sacrifices nécessaires pour instruire et suivre un dossier sont vraiment très, très importants.

 

PJ Vous trouverez ci joint un résumé, dans une lettre adressée à Madame la Ministre de la Justice qui j’espère pourra exprimer ses convictions de justice et d’égalité et assurer notamment sa compétence à saisir l’Inspection Générale des Services Judiciaires.

Vous pourrez trouver d’autres éléments sur le site en devenir http://www.impunite-cols-blancs.fr/ ou sur le lien http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2014/10/30/saint-pierre-d-oleron-une-zone-commerciale-en-partie-contestee-par-un-riverain-581276.html

Compétition de pillage à Oléron. Catégorie : Biens privés, Finances Publiques

Cette lettre a été adressée aux ministères de tutelles, aux administrations et institutions chargées de faire valoir le droit, l’ordre public et la protection des citoyens. Elle témoigne d’une compétition dans laquelle certains participants ont réussi à violer les Droits de l’Homme, la Constitution, le Code Pénal, le Code Civil, le Code de l’urbanisme, le Code de la Construction de la Santé Publique et de l’Environnement (détails dans le courrier MERCI M LE MAIRE). A ce jour certains des compétiteurs poursuivent et s’attaquent également aux finances publiques. Ils bénéficient toujours de la plus totale impunité. Malgré l’intérêt sociologique et politique de savoir jusqu’où cela  peut aller (implosion du système, révolte,..?),je ne peux qu’espérer l’interruption du « jeu » par les ministres de tutelles ( car les instances locales ne montrent que complaisances et complicités). C’est une nécessité. En effet les victimes deviennent trop nombreuses. L’intérêt général est mis à mal pour satisfaire la cupidité de quelques uns.

Informations:

– L’audience devant le tribunal correctionnel de la Rochelle se tiendra le 3 novembre 2015 suite à la plainte pour diffamation de M Hallaunbrenner Ph. Toutes les preuves des propos et accusations que je porte ont été adressées à Madame La Procureure par voie d’huissier. Les propos recueillis « il serait capable de soutenir qu’il a enfanté sa mère » correspondent aux mensonges de ce dernier. J’ai expliqué mon étonnement de voir des inepties similaires  validées par des institutions ou administrations.

– Ma plainte pour faux, faux en écritures publiques, usage de faux, atteinte au droits de propriétés, avec des circonstances aggravantes sur personne vulnérable et en réunion est toujours en cours Etc Etc… faits qualifiés de crime par le Code Pénal est toujours et depuis des années  » en cours » … !!! ou ???

– Ma détermination ne cesse de se renforcer à mesure des découvertes des exactions commises et du nombre sans cesse croissant des complicités passives ou actives reçu aujourd’hui par des administrations et institutions. Je n’en demeure pas moins pressé de sortir de ce combat judiciaire qui outre les sacrifices nécessaires, oblige à circuler dans une sphère dans laquelle ne circule que la cupidité, l’avidité, la lâcheté au service d’intérêt très privés. Le risque est assurément de perdre son « âme ».

– Des professionnels du son et de l’image ont été sensibles à ces violations, dysfonctionnements et injustices. Une vidéo est en cours de préparation et sera diffusée. La difficulté réside dans la synthèse et la concision nécessaire à cet exercice alors que les faits et auteurs sont nombreux. 

Merci de faire circuler ce courriel d’information au titre de la prévention.

Bernard Tirard

Lettre ouverte

Compétition de pillage  à Oléron catégorie : propriétés privées et finances publiques

Deux compétiteurs rivalisent  : M Hallaunbrenner Philippe et Maître Nyzam Daniel.

Certains membres d’administrations ou institutions apportent leurs aides aux concurrents.

L’enjeu aujourd’hui :

Il s’agit aujourd’hui de faire acheter par les collectivités locales une parcelle qui appartient principalement à  la famille Hallaunbrenner.

Cette parcelle,  de près de 44000 m2, est située en zone naturelle. Donc la valeur devrait être proche de 20 centimes le m2. Il est envisagé la somme de près de 50 euros. Voir plus à la demande d’un acheteur semble-t-il ? La mairie de Saint Pierre peut être ?  Le pillage se chiffrerait donc en millions d’euro. (Détails Note 1).

Incompétence, complicité plus ou moins active ? Administrations, collectivités, institutions se trouvent discréditées par quelques brebis galeuses. Cela fait l’affaire des compétiteurs.

M Halaunbrenner Philippe veut-il égaler Maitre Nyzam dans l’affaire de Dolus et du fief melon ? Maître Nyzam, bien qu’adjoint, signe, un acte authentique pour l’achat d’une parcelle qui s’avère inconstructible (car comporte des zones humides etc.). Le vendeur est le groupe THALES l’acheteur est l’Etablissement Public Foncier, mais ce dernier achète pour le compte de la mairie de Dolus. La mairie perdra près de un million deux cent mille euros (1,200 000 E) car la valeur du terrain est de moins de cinq mille euros (5000 e) !!! (Estimation publique).

Sur certains pillages, Il sera difficile d’attribuer les points à M Hallaunbrenner et/ ou Maitre Nyzam.  Par exemple, dans la spoliation de la personne  sans défense qui a perdu une partie de sa propriété et de sa maison : C’est une entraide mutuelle qui a permis ce qui devrait recevoir par le code Pénal la qualification de crime.

Mais qu’importe pour cette délinquance  et criminalité : elles bénéficient, à ce jour, de la plus grande et parfaite impunité. Le crime parfait constateront des juristes et spectateurs ?  (voir www.impunite-cols-blancs.fr)

Lequel des compétiteurs recevra le plus de complices dans les administrations et institutions ?

Note et précisions  ou détails pour ceux qui le souhaitent :

1) Il s’agit aujourd’hui de faire acheter par les collectivités locales une parcelle qui appartient principalement à  la famille Hallaunbrenner.  Cette parcelle,  de près de 44000 m2, est située en zone naturelle. La valeur devrait être proche de 20 centimes le m2.

Il est envisagé la somme de près de 50 euros  selon une expertise de la DGFIP Direction Générale des Finances Publiques. La DGFIP a examiné les documents qui lui ont été remis. Quels sont-ils ? M Hallaunbrenner manie les faux, faux en écritures publiques sans restriction. Les nombreuses servitudes qui grèvent ce terrain ont-elles été communiquées à la DGFIP ?

Cette zone serait comparée à une zone Urbanisable. Pour quelle raison ? Une valeur, une estimation ne peut être fondée sur une éventuelle constructibilité du terrain et ne peut être comparée qu’à des parcelles de même classement. A des zones naturelles dans le cas présent. De même justifié un prix par des aménagements réalisés de façon irresponsable ne peuvent être supportés par les deniers publics. ( détail courrier précédent)

Précédemment ce terrain avait été rendu constructible grâce à un PLU qui avait transformé cette zone agricole en zone constructible. Ce PLU avait été annulé dans son ensemble par le tribunal administratif.

De plus s’agissant d’une zone de captage d’eau, présentant une rupture d’urbanisme avec le hameau classé remarquable, etc etc. il est probable qu’un nouveau PLU rendant cette zone constructible sera attaqué et donc l’issue de la constructibilité incertaine.

C’est à nouveau en million d’euro que le préjudice risque de se chiffrer pour les collectivités locales.

Que dire s’il s’avère que M le Maire de Saint Pierre d’Oléron demande une estimation à la hausse de cette terre naturelle ? L’acheteur demande à acheter plus cher : ubuesque ?

Incompétence, complicité plus ou moins active ?

2) Concernant l’immobilisme complice de M Le Maire (de Saint Pierre d’Oléron), il m’a été demandé des précisions ou exemple. Vous recevrez explications et vidéos de la violation du Code de la santé publique et de l’environnement récurent par un administré cité dans  « MERCI M LE MAIRE ».  La vue du ciel n’est pas une erreur. Lors d’une précédente vidéo, Il m’a été indiqué qu’il « s’agissait de l’eau de pluie » !!! Ce ciel bleu lève le doute. Il s’agit des eaux usées.

 

En réponse à des demandes:

  • La responsabilité de Monsieur le Maire est « au titre de ses pouvoirs de police de l’eau, de police en matière de salubrité publique (articles L 2212-2 et L2224-8 du Code Général des Collectivités territoriales) » : Responsabilité confirmée par la Direction de la Santé Publique.
  • Vous trouverez, avec le courriel que vous avez précédemment reçu,  deux exemples de vidéos qui précisent le trouble à la santé publique et à l’environnement généré par quelques personnes( détail dans le courrier MERCI M LE MAIRE). Appartenir à des professions médicales ou para médicales ne semble pas poser de problème de conscience à ces derniers. Mais dés lors que l’on est en capacité de voler une partie de la maison d’une personne sans défense, quelle conscience peut on avoir ? (sujet philosophique à proposer) Que dire de ceux qui choisissent ce camp ?

Cordialement

Bernard Tirard

Lettre ouverte à Monsieur Le Président : Suicides, suicidés, et suicidaires générés par l’oppression et son impunité.

Monsieur le Président de la République

55 rue du Faubourg Saint Honoré

75800 Paris

Référence : PDR/SCP/UT/TR/A069854

Le 10/01/2015

Monsieur Le Président,

Vous trouverez ci-joint une lettre ouverte également. J’évoque l’interrogation  des véritables responsables de l’horreur prévisible commise sur Charlie.

Depuis très longtemps des peuples, des citoyens, sont spoliés, violés, oppressés.  L’oppression génère des suicides, des suicidés, des suicidaires.

Lâcheté, hypocrisie, irresponsabilité d’une oppression au niveau international et national.

– Lâcheté dans les rapports de force. Personne n’est venu défendre le Tibet par exemple.

– Hypocrisie car les causes réelles d’occupation d’un pays s’avèrent et sont toujours cachées. L’intérêt économique et financier est en fait toujours la motivation. Comment après des décennies les pays « aidés » étaient encore sous-développés, aujourd’hui en pays en voie de développement !!

– Irresponsabilité car nous savons très bien que l’oppression conduit à une révolte tôt ou tard. Aujourd’hui Charlie en a fait les frais. Des rois par le passé ont perdu leur tête.

Au niveau national,

Lâcheté, hypocrisie et irresponsabilité résident dans le détournement de lois ou principes. Ainsi la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice et la souveraineté des juges sont utilisées pour assurer la protection des criminels en cols blancs qui spolient et oppressent de simples citoyens. Ainsi pour couvrir la cupidité de quelques promoteurs, des officiers ministériels multiplient les faux et faux en écriture publique, des géomètres experts agréés multiplient également les faux, s’octroient des droits, et pour finir les tribunaux mentent, tronquent, violent  les droits de l’homme et la constitution, souverainement, pour protéger quelques criminels. Obtenir justice est un véritable parcours du combattant. Une impossibilité pour le simple citoyen. L’engagement d’interdire l’intervention du gouvernement dans les affaires judiciaires individuelles est-il un obstacle supplémentaire ? J’ai saisi Madame la Ministre de la Justice car il restait une faille : la saisie de l’IGSJ. Sera-t-elle empêchée ?

J’espère que les espoirs que vous avez suscités ne seront pas vains. Que vous ne participerez pas par vos décisions à accélérer l’agonie d’une démocratie, conscient qu’une oppression conduit à la révolte et parfois à la barbarie

Je ne suis pas né mouton, je ne vois pas la raison de me comporter comme un mouton.

Dans l’attente d’une réflexion pour infléchir une politique suicidaire,

Veuillez agréer, Monsieur Le Président, l’expression de mon profond respect.

Bernard Tirard

PS J’ai subi de nombreuses menaces. Vous trouverez l’exemple des dysfonctionnements des principes de justice et d’égalité de notre démocratie (dont vous avez eu déjà connaissance) sur http://www.impunite-cols-blancs.fr/

 

Charlie Hebdo : Horreur programmée.

Lettre ouverte aux responsables politiques, et à une presse.

Charlie Hebdo : Horreur programmée ! Les coupables sont poursuivis, les responsables non.

De nouveaux innocents sont morts.  Ne hurlons pas avec les loups. Identifions les causes, les symptômes,  pour trouver un vrai  remède à l’empoisonnement de notre démocratie… avant l’agonie.

Les états sont aussi responsables de la violence générée par leur politique d’oppression, d’injustices au niveau mondial, international, national.

Les états et gouvernements cautionnent :

– La violence commise par la grande finance conduit à une paupérisation de la population qui devient « insupportable » : des citoyens non plus rien à perdre, des peuples sont mis à genoux. Lâcheté, compromissions, corruption, gout immodéré du pouvoir pour le pouvoir semblent être les explications pour ne pas appliquer les remèdes.

– L’interventionnisme dans les états? Seul l’intérêt économique des états occidentaux ou des grandes puissances définit la politique internationale. Il aura fallu mentir et tromper les citoyens du monde pour justifier l’invasion de l’Irak. Intervention au Koweït mais les tibétains ne sont pas défendus ? Les politiques, pour obtenir l’or noir, génèrent une violence compréhensible  chez ces peuples décimés après avoir été dépossédés. Combien de morts a compté le peuple Irakien sur la base d’affabulation des « occidentaux ». Combien « d’injustices » ont commis les puissances occidentales. Une  presse n’a elle pas été utilisée comme moyen  de propagande

– En France, la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice, la souveraineté des juges sont détournées et permettent l’oppression. Ainsi au niveau national est protégée la criminalité en cols blancs qui s’emploie à déposséder les simples citoyens. Les tribunaux ont carte blanche et peuvent ainsi violer les Droits de l’Homme, la Constitution, le Code  Civil, le Code pénal pour permettre à quelques promoteurs et officiers ministériels de violer à leur tour les droits de l’homme, la Constitution mais aussi le code de l’environnement,  de la santé publique, de l’urbanisme, de la construction, …. Un dossier précis a été adressé aux responsables politiques dont Madame la Ministre de la justice a accepté de se saisir.  Sera-t-elle empêchée par…l’ordre d’officiers ministériels dont des membres sont accusés de crimes, ou toute autre corporation ou réseau ou, enfin, par la politique dans son acception la plus misérable ?

Il n’est pas une semaine où je ne reçois les doléances de victimes de ces injustices. A tous les niveaux ont été saisis les responsables de l’ordre public, de l’égalité et de la défense du droit pour prévenir d’une violence annoncée. Des services de la gendarmerie, à Monsieur le Président de la République, en passant notamment par le parquet et les différents Ministères.

Les doléances ont permis en effet de « faire remonter » les conséquences de cette violence générée par ces injustices, spoliations et viol : « Etat de guerre », « il faut entrer en résistance » « nous n’avons plus rien à perdre » « tout faire sauter » « légitime défense ».  

Combien de suicides, suicidés, suicidaires engendrent ces oppressions ?

Bravo et merci aux quelques journalistes animés du désir d’informer et de prévenir des dérives. Combien de morts faudra-t-il pour prendre la mesure des problèmes ? Aujourd’hui certains ont payé de leur vie les conséquences d’une politique dont ils n’étaient pas responsables. De nouveaux innocents sont morts. Les responsables continuent à injecter le poison. Les balles sont dans les barillets.